Elle se laisse photographier avec un peu d’appréhension, comme si cela aussi pouvait lui faire du mal : « Vous savez, j’étais assez jolie plus jeune… mais maintenant. Et puis la vie n’a pas été douce avec moi ! ».

Juin 1944, Gilberte à dix-sept ans, elle est secrétaire au commissariat d’Aubusson et donne des informations au maquis. Un de ses camarades est arrêté en possession de documents qui la compromettent. Elle est arrêtée. Gilberte sera emmenée au siège de la Gestapo à Clermont-Ferrand. Elle est torturée par la police française. Confrontée à un document elle ne peut continuer à nier.

Gilberte part dans le dernier convoi de déportés alors que Paris est libéré. 

Le 30 août le convoi arrive en Alsace et entre en Allemagne. Durant de longs mois ils seront traînés d’un bout à l’autre de l’Allemagne. Gilberte va très mal. Elle n’est pas soignée.

Gilberte Pradeau est décédée en 2012 à l’âge de 84 ans.

Gilberte Pradeau