Madeleine me montre le tatouage dessiné sur son avant-bras gauche : 31668. 

Il est très lisible :

« J’ai de la chance, la détenue qui me l’a fait était une artiste. Ils ne sont pas tous aussi « réussis » que le mien. »  

Elle le cachera le temps de la photographie.

En 1940, Madeleine a vingt-six ans et entre en résistance sous le nom de Betty, agent de liaison du comité national des F.T.P. Elle est l’une des premières à passer clandestinement la ligne de démarcation entre les lignes Nord et Sud.

Elle est arrêtée le 3 mars 1942, avec son compagnon Lucien Dorland. 

Elle a été prise en filature dans le cadre de l’arrestation du groupe Politzer. 

Marie-Claude Vaillant-Couturier et Danielle Casanova seront arrêtées en même temps qu’elle. Madeleine est emprisonnée à la prison de la Santé et classée N.N. (nacht und nebel, le nom que les nazis donnaient aux prisonniers voués à disparaitre).

Madeleine est incarcérée au Fort de Romainville à partir du 20 août 1942.

Lucien Dorland est fusillé avec 45 de ses compagnons au Mont Valérien.

Madeleine est déportée à Auschwitz dans le convoi des 31000. Elle sera transférée à Ravensbrück en août 1944. 

Elle est rapatriée en France en juin 1945.

Madeleine Jégouzo est décédée en septembre 2009 à l’âge de 95 ans

Madeleine Jégouzo